L’homme qui plantait des arbres

l'homme qui plantait des arbres à St-François

Fable écologique avant l’heure, l’homme qui plantait des arbres de Jean Giono est une nouvelle écrite en 1953 pour « faire aimer à planter des arbres », selon ses termes. Dans ce court récit, le narrateur évoque sa rencontre en Haute-Provence, d’un personnage extraordinaire : un berger solitaire et paisible qui plante des arbres, des milliers d’arbres. Elzéard Bouffier, le silencieux, l’obstiné, réconcilie l’homme et la nature. Une fiction qui active le réel, porteuse d’espoir; cette forêt a des conséquences sociales et économiques, permettant aux villages des alentours d’accueillir de nouvelles familles alors qu’ils étaient menacés de désertification.

Depuis 2014, année de la création du spectacle, Sara Oswald et Olivier Havran promènent ce texte chaque fois qu’ils le peuvent, la musicienne fait résonner les mots de Jean Giono, Olivier Havran incarne le narrateur avec douceur et sincérité. Inspirante respiration.

lecture augmentée de l'homme qui plantait des arbres

L’association arboRise, inspirée par Jean Giono,  a offert cette ode aux frondaisons aux amoureux.ses des forêts le 16 janvier 2022 à 17h00 à l’église St-François à Lausanne, dans le cadre des festivités de son 750ème anniversaire.

logo 750ème

Deux saints patrons parrainent le spectacle: Saint François d’Assise qui, le premier, a célébré la Création, la Nature et ce qu’on appelle « l’Environnement » de nos jours, c’est pourquoi on peut le considérer comme le saint patron de l’écologie. Et puis Saint Marcel, fêté le 16 janvier, le patron des grainetiers !

Expliquer les enjeux

santé des arbres semenciers

Notre équipe fait la tournée des 12 nouveaux villages, intégrés dans notre campagne de reboisement 2021-2022, pour expliquer notre approche aux communautés.

présentation du projet

Dans chaque village le conseil des sages et le chef du village signent la “convention village” et s’engagent à faire bon accueil au projet et à protéger les futures forêts. Puis notre équipe explique les tâches des “familles graines” et des “familles terrain”: apprendre à reboiser ne s’improvise pas !

explications aux familles graines

explications familles terrains

Les familles intéressées se présentent et doivent parfois être départagées par une main innocente.

main innocente

Puis on va sur le terrain pour vérifier la santé des arbres semenciers et que les terrains sont bien dénudés:

santé des arbres semenciers

terrain dénudé

Participation à “Tout est possible!”

RTS tout est possible

En synchronisme parfait avec le lancement de la campagne en Guinée, l’opération « tout est possible » de la RTS nous a permis de lancer des activités de reboisement en Suisse aussi !

Grâce à “tout est possible” 16 familles romandes s’engagent pour récolter des graines et 6 propriétaires mettent à disposition des terrains. Après un premier contact très positif par Zoom, nous allons commencer les préparatifs dans le cours du premier trimestre 2022. Là aussi nous allons appliquer la méthode arboRise: apprendre tous ensemble et résoudre l’un après l’autre tous les obstacles qui ne manqueront pas de se mettre sur notre chemin. Le projet reste ouvert à de nouvelles énergies: annoncez-vous simplement à info@arborise.org. Vous êtes un.e expert.e forestier ou une pointure en sylviculture ? nous nous réjouissons de vos conseils !

Lancement de notre campagne de reboisement

Accueil enthousiaste de notre projet

Notre campagne de reboisement 2021-2022 est lancée ! Tant les autorités nationales (« vous êtes ici chez vous, bienvenue dans votre maison » selon le nouveau sous-directeur des Eaux et Forêts), que locales (« vous allez planter 400 hectares cette année, et pourquoi pas 500 les années suivantes ? » selon le sous-préfet de Linko) soutiennent fortement notre action.

Direction Nationale des Eaux et Forêts à Conakry  Discours du Sous-Préfet de Linko  Discours du Président d'arboRise à Linko

Quant à la population directement concernée, elle nous a fait un accueil enthousiaste dans le village de Forono. Tous remercient infiniment notre association, ses membres et nos donateurs et donatrices, de contribuer à retrouver un couvert forestier avec notre approche participative.

Arrivée à Forono Accueil à Forono Lancement à Forono

Comme l’a montré la première mission de terrain dans le cadre de notre partenariat avec le groupe de recherche pour le Développement Forestier de l’Ecole Polytechnique de Zurich, les difficultés ne vont pas manquer, car planter des arbres n’est de loin pas la seule préoccupation de la population et nous aurons également à nous adapter aux surprises de mère Nature. Lors de cette campagne de reboisement il faudra donc continuellement adapter notre approche aux conditions locales.

Expérimenter et trouver des solutions pratiques aux obstacles qui se présentent, c’est notre méthode, qui a porté ses fruits jusqu’ici. Egalement grâce à notre partenaire local Guidre qui, lors de ce séjour guinéen, a une fois encore démontré son professionnalisme et ses multiples compétences. Un exemple ? Les familles qui mettent en œuvre notre action manquent cruellement d’équipement. Nous allons donc les équiper de bâches, qui faciliteront la récolte de graines et seront aussi utiles aux femmes pour sécher leurs récoltes de fonio et de manioc, et de bottes très utiles à la saison des pluies pour les familles qui mettent à disposition des terrains. Nous allons également créer des comités de gestion forestière dans chaque village, qui soutiendront les familles au jour le jour, par exemple pour l’établissement des haies-vives autour des terrains reboisés. Nous avons aussi renforcé nos compétences sylvicoles avec l’engagement de M. Kpogomou, spécialiste de l’environnement de cette région.

bottes arboRise bâches arboRise

Don de la Fondation Indosuez (Suisse) SA

Fondation Indosuez Indosuez Foundation Indosuez Stiftung

La Fondation Indosuez (Suisse) – partenaire de nombreuses institutions romandes – rend possible la mise en œuvre de notre campagne de reboisement 2021-2022 par une donation significative. L’action d’arboRise rejoint en effet totalement l’engagement de la Fondation Indosuez (Suisse) « …dans des projets dont l’impact environnemental est durable et concret. Nous œuvrons ainsi à la conservation et la préservation de l’environnement, notamment des forêts, au développement économique et à l’autonomisation des communautés locales. ». Le montant alloué par la Fondation permettra de financer l’ensemble des contributions versées aux 200 familles-graines et aux 200 familles-terrains lors de la campagne de reboisement 2021-2022, cela crée un véritable cercle vertueux !

Le comité d’arboRise exprime sa profonde gratitude par rapport à la reconnaissance témoignée par cette donation. Un immense MERCI !

Oui ça pousse !

jeunes pousses

Les jeunes pousses issues de notre campagne de reboisement printanière ont déjà belle allure! Il a suffit des six mois de la saison des pluies pour qu’elles s’enracinent fermement dans le sol. Car contrairement aux plants élevés en pépinières, elles ne subissent pas le choc de la transplantation et leur système racinaire est plus robuste. Heureusement: de la profondeur de leurs racines dépendra leur survie à la saison sèche.


Intéressant aussi de constater que ces jeunes pousses ont germé malgré la forte concurrence des adventices. Ainsi le défrichage que nous demandons aux familles propriétaires des terrains n’est peut-être pas nécessaire…

Il faut maintenant que ces jeunes pousses échappent aux chèvres car celles-ci apprécient les végétaux ligneux (les bovins préfèrent les herbacées). Le feu de brousse est la deuxième menace pour les jeunes pousses. C’est pourquoi nous incitons les familles propriétaires à planter des haies-vives (barrières contre le bétail) et construire des pares-feux autour des terrains.

L’approche low-tech d’arboRise s’appuie sur mère Nature. C’est lent et plein d’impondérables mais c’est durable.

Don de la fondation Volkart

fondation Volkart Stiftung

La fondation Volkart apporte un soutien financier durable aux activités d’arboRise par une donation annuelle importante pendant les trois prochaines années. Cette contribution, ainsi que l’action d’arboRise, s’inscrivent totalement dans la vision de la fondation Volkart: “celle d’une société dans laquelle les gens vivent ensemble dans le respect, forment leur opinion en connaissance de cause et prennent soin de l’environnement. Pour ce faire, la Fondation Volkart soutient depuis des générations des projets et des institutions qui encouragent l’esprit communautaire au sein de la société, favorisent les approches non conventionnelles et créent des espaces publics de réflexion.” Le comité d’arboRise est très reconnaissant de la reconnaissance témoignée par cette donation ainsi que par les conseils et le réseautage qui l’accompagne: un grand MERCI!

Recherche sur le terrain

Présentations à Forono

La première mission de recherche sur le terrain commence ce dimanche 24 octobre !

Pourquoi ? Rappelez-vous, avec l’aide du Fond de Recherche pour le Développement de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich, nous voulons comprendre les effets indirects de notre projet sur les communautés villageoises. Car, bien que plein de bonnes intentions et bien que notre projet ait été accueilli avec enthousiasme au printemps dernier, il se peut que notre action ait des conséquences qui ne sont pas toujours souhaitables, et peut-être aussi des effets positifs insoupçonnés. Nous voulons comprendre cela pour pouvoir agir encore plus efficacement et durablement.

C’est le ForDev, l’institut de l’ETH spécialisé dans la gestion durable de forêts tropicales, qui connaît le mieux cette problématique de l’interaction entre l’humain et la nature et mènera cette étude.

Avant d’observer l’impact d’arboRise sur les populations, nous voulons comprendre comment celles-ci interagissent avec les arbres et la forêt. C’est l’objet de cette première mission de recherche, qui sera suivie de deux autres missions sur le terrain.

Pour cette première mission il s’agit donc de comprendre le contexte de la sous-préfecture de Linko et en particulier la question « qu’est-ce qui pousse un villageois à couper ou ne pas couper ses arbres ». C’est ce que Léa Ackerer, spécialiste en développement durable, ira observer ces deux prochaines semaines, en immersion totale dans deux villages proches de Linko. Léa connaît bien la Guinée pour y avoir déjà mené des études d’impact pour le compte de Biotope, une société de conseil écologique.

Cette question étant indépendante des activités d’arboRise, Léa séjournera dans les villages de Forono et de Kissidou (2 x une semaine), dans lesquels aucune activité de reboisement n’a encore eu lieu. Pour comprendre le contexte et les rapports entre la population et la forêt, il va falloir comprendre les enjeux de la vie de tous les jours, les contraintes, la culture, les rôles sociaux, etc. en rencontrant de nombreuses personnes. Dans chaque village Léa mènera des interviews semi-structurés avec le chef du village, 2 chefs de famille, 2 épouses, le chef des chasseurs, le doyen du village et les jeunes du village. Puisqu’elle logera chez l’habitant avec son interprète, elle obtiendra également de nombreuses informations spontanées pendant ces deux semaines.

Le trajet depuis l’Europe s’est fort bien déroulé et l’accueil à Forono a été sensationnel:

accueil à Forono

Invités à participer !

Prix Diaspora

La Fedevaco sélectionne arboRise et l’invite à soumettre un projet de développement dans le cadre du Prix Diaspora & Développement. Ce cursus de formations s’adresse aux associations et aux entreprises sociales et solidaires tenues par des diasporas établies dans le canton de Vaud. A la clé, trois prix seront remis aux projets lauréats : le projet obtenant le 1er prix recevra CHF 10’000.-, et les projets obtenant le 2e et 3e prix recevront une vidéo promotionnelle de leur projet.

Pour arboRise c’est l’occasion de renforcer nos compétences et de développer un projet de coopération complémentaire à notre action de reforestation en bénéficiant des conseils avisés des expert.e.s de la Fedevaco (rappelons que cette faîtière de 49 organisations actives dans la coopération au développement met depuis plus de 30 ans son expertise et son savoir-faire au service des collectivités publiques dans le Canton de Vaud).

Quel est notre projet ?

Dans le cadre de nos actions de reforestation, nous constatons que les connaissances traditionnelles liées aux arbres se sont perdues, alors qu’il y a quelques générations, les communautés entretenaient de véritables agroforêts. Heureusement, tout n’a pas été oublié et notre intention est de revaloriser les connaissances sylvicoles locales.

D’une part, nous voulons utiliser les compétences des institutions nationales guinéennes reconnues. L’ENATEF à Mamou, par exemple, forme chaque année une trentaine de jeunes professionnels de la forêt. D’autre part nous souhaitons engager des femmes âgées, détentrices des connaissances coutumières. Ce sont elles qui connaissent les anciennes recettes de cuisine, qui savent comment préparer les remèdes traditionnels, qui se souviennent de l’ancienne sagesse liée aux arbres et à leurs produits. Nous voulons organiser un dialogue entre plusieurs de ces anciennes en présence des jeunes cultivatrices, pour que la diversité des souvenirs s’exprime et pour faire de ce moment une expérience d’apprentissage collectif mémorable.

Il s’agit donc de valoriser le patrimoine immatériel local lié aux arbres et de contribuer à la vulgarisation agricole au sein de la communauté.

Bien entendu, notre intention initiale est appelée à évoluer. C’est justement le but que nous poursuivons en participant au Prix Diaspora & Développement : enrichir et améliorer notre idée initiale pour garantir un impact durable.

arboRise est sur Restor

arborise est sur Restor

Déjà entendu parler de Restor ? une excellente initiative du Crowther Lab de l’ETH Zurich visant à connecter les initiatives locales de reforestation 🌱 avec des bases de données scientifiques mondiales sur les arbres 🌳🌲🌴, le climat 🌡️, les données satellitaires 🛰️, et plus encore.

En un an, ces scientifiques ont réussi à intéresser plus de 70’000 sites de restauration dans le monde 🌍 et à les réunir sur une seule plateforme 🥇. 200 porteurs de projets, les grands et les petits, y sont rassemblés et publient selon la même logique des données sur leur zone, leur périmètre, le type de restauration, etc.

Cela permet de rendre ces projets comparables. L’identification des meilleures pratiques pour apprendre les uns des autres sera la prochaine étape. Mais pas seulement : grâce aux connaissances scientifiques de Restor, il sera bientôt possible de comprendre pourquoi certains projets sont plus performants que d’autres et comment optimiser cet énorme effort collectif.

Excellent travail ! Nous sommes fiers d’y participer avec arboRise ! Car nous aussi, nous nous sommes fixé comme mission de partager nos expériences pour que d’autres puissent s’inspirer de notre approche.
Jetez-y un coup d’oeil: https://restor.eco/map